Eléments de structure d’un mémoire d’entreprise

1- Développement de la recherche :

C’est la méthode de travail à adapter, une aide pour commencer à travailler sur votre mémoire, avant même de rédiger un plan ou une introduction…

1- le diagnostic de l’activité de l’entreprise (SWOT, PESTEL, 5 Forces de Porter…)

2- La revue de la littérature sert à définir les fondements de l’analyse. La revue de la littérature n’est ni un résumé ni une reprise des écrits consultés. C’est une présentation des contributions significatives publiées sur les questions traitées sous une forme qui prépare le lecteur à comprendre et à situer l’apport du mémoire. En relatant la littérature, l’étudiant doit être capable de construire une argumentation qui lui permet de placer sa propre contribution, de la justifier et de montrer son intérêt.

Le développement du sujet se fait souvent à l’aide de manipulation de données. Il faut prendre suffisamment de précautions sur la source des données, la signification des indicateurs, etc. Il faut vérifier les ordres de grandeurs, consulter plusieurs sources, comparer avec d’autres périodes, d’autres pays, etc.

Cette recherche documentaire pourra également être complétée par des études qualitatives et/ou quantitatives à mettre en place (questionnaires, interviews professionnels…).

3- L’identification d’un besoin précis pour l’entreprise qui se dégage du diagnostic effectué. Il faut formuler clairement et précisément le besoin à la fin de votre diagnostic, souvent en fin de première partie du développement. ( c’est ce besoin, ce manques, ou ce problème qui est le point de départ de la formulation de votre problématique ) C’est ce qu’on appelle la  » justification de la problématique ». Donc sa ou ses causes et non, son simple intérêt pour l’étudiant.

2- Rédaction du mémoire :

La rédaction du mémoire a pour objectif de présenter la problématique, le développement du sujet (diagnostic et contexte théorique + hypothèses théoriques + préconisations pragmatiques) et surtout de mettre en évidence et en valeur la contribution de l’étudiant sans oublier de faire signaler ses limites et les nouvelles pistes à explorer. Le style de la rédaction, le plan et les différentes composantes du mémoire doivent servir ces objectifs.

Le plan

Le travail de recherche peut nécessiter l’élaboration de plusieurs plans provisoires qui seront révisés au fur et à mesure de l’avancement du projet. Nous parlons ici du plan final, mais la plupart des considérations présentées ci dessous s’appliquent également au plan provisoire, etc. Le plan doit permettre la présentation de la discussion des hypothèses. Il permet de mettre en évidence (et de vérifier par l’étudiant) que sa recherche est bien articulée et argumentée vers les préconisations proposées.

En une phrase simple, à quel problème votre mémoire tente-t-il de répondre pour votre entreprise ? Quelles réponses y apportez-vous ? Comment justifiez-vous la méthode que vous avez mise en œuvre pour répondre à ce problème ? Comment justifiez-vous le plan de votre mémoire ? Qu’est-ce qui vous permet de conclure que votre mémoire est un mémoire professionnel ?

Titre et contenu d’une partie

Chaque partie du plan doit avoir pour objectif de contribuer à établir le résultat recherché et à préparer la partie suivante. Le titre d’une partie doit être suggestif du contenu de la partie et doit susciter la curiosité du lecteur. Il est bénéfique de revoir les titres à la fin de la rédaction du mémoire pour leur donner une sorte d’enchaînements qui permet au lecteur du sommaire et de la table de matière d’avoir une idée structurée du contenu de la recherche. Les questions sont à éviter, excepté, si le contenu du paragraphe explicite un questionnement et non sa réponse.

Chaque partie doit être précédée d’une introduction qui prépare le lecteur au contenu de la partie et d’une conclusion qui en tire l’enseignement et qui assure la transition à la partie suivante ou à la conclusion générale.

Les différentes parties comportent-elles un titre parlant ? Se terminent-elles par une synthèse partielle qui annonce la suite ? La lecture en continu des titres et sous titres offre-t-elle un reflet fidèle de votre mémoire ?

L’introduction générale

L’introduction générale vient en début du développement du sujet. Elle doit permettre au lecteur de prendre connaissance des éléments suivants :

  • Présentation simple du contexte de travail de l’étudiant, dans son approche des compétences misent à l’œuvre dans ce travail.
  • Le sujet traité : que cherche à établir l’étudiant ? L’étudiant doit susciter la curiosité du lecteur pour le pousser à lire le corps du mémoire.
  • La méthode de traitement du sujet et la justification du choix de la méthode adoptée.
  • La contribution de l’auteur doit être clairement annoncée sans toutefois en dévoiler les détails.
  • Les principales limites du travail réalisé. Cela permettra au lecteur d’être prévenu sur ce qui n’est pas couvert par le champ de la recherche réalisée et qui aurait trait au sujet.
  • L’annonce des parties du mémoire

L’introduction est à rédiger une fois terminée la rédaction de la première version du corps du sujet. Elle sera révisée à chaque révision du texte principal. Un soin particulier doit être observé pour la rédaction de l’introduction générale puisqu’elle est pratiquement le premier contact du lecteur avec le mémoire. Elle est généralement de 2 pages, 3 au maximum.

Votre introduction permet-elle de comprendre les raisons qui vous ont conduit au choix de votre sujet ? Formule-t-elle avec clarté le questionnement auquel vous vous proposez de répondre ? Expose-t-elle la méthode utilisée et précise-t-elle les supports choisis ?

La conclusion générale

La conclusion générale décrit le travail qui a été réalisé et souligne les principaux résultats établis et en formule des choix pragmatiques et pertinents en réponse synthétique à la question posée.  Elle propose également de nouvelles pistes de recherche.

la conclusion comporte-t-elle bien une synthèse de vos hypothèses ? La ou les réponses, en argumentant les choix faits, que vous apportez à votre question de départ ? Un regard critique sur la démarche que vous avez suivie ? Eventuellement une ouverture vers d’autres travaux ?

Les précautions de style

Le style doit être simple. Il est préférable d’utiliser des phrases courtes : sujet, verbe, complément. On peut toujours diviser une phrase compliquée en petites phrases. On utilisera également des paragraphes assez légers composés de trois à cinq phrases. La première phrase annonce l’idée de base. Les autres phrases seront réservées aux détails, à l’argumentation, etc. La ponctuation est un élément essentiel dans la rédaction. Souvent, la transition d’une idée à une autre peut se faire simplement par un retour à la ligne. Les deux points (:) permettent de mieux avancer une explication qu’une tournure compliquée. Les notes de bas de page sont également utiles pour faire des digressions. Si on a des développements compliqués ou plein de détails qui ne sont pas indispensables pour l’intelligence du texte, ils peuvent être exposés en encadrés ou en annexe. Les chiffres mentionnés dans le texte doivent ajouter à la compréhension de l’idée. Les tableaux statistiques doivent être succincts et comporter toutes les mentions pour que le lecteur puisse les comprendre sans recourir nécessairement au texte. Il faut donc mentionner le titre, la source, les unités, etc. De même pour les graphiques. On doit se rappeler qu’un graphique peut être plus simple à capter par le lecteur, en cette ère d’information et de communication, qu’un tableau. Le tableau sera alors renvoyé en annexes. Les commentaires des données des tableaux et des graphiques ne doivent pas faire double emploi avec leurs contenus. Il faut éviter de les paraphraser. Ces commentaires doivent faire ressortir les aspects qui ne sont pas directement visibles pour le lecteur.

Aucun « recopiage » ne doit être intégré à votre travail sans faire l’objet d’une citation entre guillemets, renvoyant à son auteur.

Tout l’écrit de votre mémoire doit provenir de votre propre rédaction, excepté donc , les citations.

Citations et références bibliographiques

La bibliographie est une pièce très importante du mémoire. Les membres du jury lisent la bibliographie en premier lieu. La mise en forme de la bibliographie doit respecter les normes internationales.

Exemple de mise en forme :

Un article de périodique : Nom Prénom. « Titre de l’article ». Titre du périodique, année, vol.3, n°18, p.45-69

Un ouvrage : Nom Prénom. Titre. Edition. Lieu : Editeur, date. Nombre de pages. Titre de collection.

Un site internet : Nom Prénom de l’auteur. Titre de la ressource, date du document ? <URL> (date de la dernière consultation)

Toute source citée en bibliographie doit avoir fait l’objet d’une mention ou d’une utilisation dans le corps du texte. Et inversement. De manière plus générale, en matière de sources bibliographiques et de références, il est important de respecter les règles de l’éthique et du droit de la propriété intellectuelle. Il faut toujours mentionner les sources de manière à permettre au lecteur de trouver facilement le document ou l’élément consulté par l’auteur. Ceci est valable également pour les sources Internet. Dans le texte, la source et la paternité des idées, des arguments, des formalisations, des chiffres doivent être clairement citées. Le jury apprécie beaucoup la multiplication des citations et le rappel du fait que l’idée, l’argument, l’exemple, etc.. sont de tel ou tel auteur ou source. L’omission d’une source ou d’une référence constitue un plagiat.

Si la source n’a pas été consultée par l’étudiant mais qu’elle est reprise d’un auteur ou d’un document, il faut mentionner toute la chaîne de sources : « selon X cité par Y ». Cela est également valable pour les données, chiffres, graphiques et tableaux.

Exemple de structure à adapter à votre sujet:

  • Page de garde comportant le nom de l’établissement, le diplôme préparé, le titre du travail, l’année universitaire, le nom de l’auteur, le nom du directeur de mémoire.
  • Attestation de non-plagiat complétée et signée.
  • Remerciements (pour citer les personnes ou institutions liées  à la recherche).
  • Sommaire en début du document qui mentionne les titres des parties, chapitres et sections, la bibliographie, les annexes et la table des matières.
  • L’introduction générale.
  • Le corps du mémoire. ( divisé en 3 ou 4 parties )
  • La  conclusion générale.
  • La bibliographie.
  • Les annexes.
  • La table des matières qui donne en détail toutes les indications sur les subdivisions du document.
  • Eventuellement un résumé en français et en anglais ( 1 page )
Le corps du mémoire

Dans la partie 1:

  • Vous devez réaliser un diagnostic internet et externe de votre entreprise et/ou du marché.
  • Identifier un problème ou un manque pour formuler une question concernant ces pratiques ;
  • Analyser ce problème
  • Définir les concepts qui encadrent votre thème de recherche, ses définitions, ses auteurs de références.
  • formuler une problématique

Dans une deuxième partie:

vous devez proposer des pistes de réflexions puis d’actions en se référant aux travaux existant dans ce domaine (rechercher des éclairages théoriques et mettre en œuvre une démarche réflexive, observations : questionnement, hypothèses, recherche et expérimentation d’outils ou de méthodes.

  • Différencier 2, 3 ou 4 hypothèses pour répondre à votre problématique et les discuter dans ces sous-parties.
  • Présenter des outils de recherches qui ont été utilisés pour élaborer les hypothèses ( questionnaires, entretiens … ) Vous devez mettre toutes les données en annexe et uniquement les résultats et la synthèse de ces données dans la partie du corps du mémoire en y faisant référence. Vous créer des tableaux à partir de ces données , si nécessaire ( des  » figures » )

Dans une troisième partie:

Vous devez présenter des préconisations premières, évaluations, moyens de mise en œuvre, exemples et confrontations au réel.

  • C’est la partie pragmatique qui présente la mise en œuvre ou le projet de mise en œuvre d’une ou de plusieurs hypothèses.
  • Chaque « préconisation » doit faire l’objet d’une sous-partie et être détaillée, avec des indicateurs chiffrés de performance et un budget ou un cout pour les préconisations
  • Vous devez envisager les difficultés de mise en œuvre et des outils d’évaluation pour les actions prévues.
  • Enfin, vous choisirez les moyens que vous voulez mettre en avant, par rapport au(x) choix adapté à vos hypothèses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :